11 dic. 2011

Extrait de Zizanne à Paris



Une odeur de romarin parvient aux narines de A. Ça fait trop longtemps qu’on n’a pas humé cet arôme de romarin. Ça fait trop longtemps qu’on n’a pas savouré un bon petit plat. Depuis le dernier repas avec Z, on n’a fait que picorer. Picorer sans jamais savourer. On va suivre l’odeur de romarin et savourer le bon petit plat. On va faire ça en mémoire de Z.




Les papilles se réveillent à l’odeur du romarin et ramènent à la mémoire le temps où grand-mère cuisinait les bons petits plats. On mangera à la mémoire de grand-mère qui préparait avec amour les bons petits plats. On remerciera grand-mère pour tant d’amour déversé au temps où on ne savait pas apprécié et on ne se mordra pas les doigts pour toutes les fois où on a maugréé plutôt que de remercier. On ne reviendra pas sur le passé pour se culpabiliser de tant d’ignorance. On restera dans le présent, le romarin à fleur de papilles tel un cadeau de la vie, tel le cadeau d’une nouvelle vie. On dégustera le repas comme si Z était là. On fera honneur aux bons petits plats comme au temps de Z et on sourira aux anges.




© Denise Blais